Étude morpho-syntaxique des parasynthétiques

21 Nov

POATADA PARASÍNTESIS

Étude morpho-syntaxique des parasynthétiques. Les dérivés en dé– et en anti–

Franziska Heyna

Collection : Champs linguistiques
Editeur : De Boeck

Une étude novatrice sur les dérivés dits “parasynthétiques” en français, fondée sur l’analyse d’occurrences authentiques de dérivés observées en discours, dans leur contexte d’emploi.

Quelle différence y a-t-il entre les dérivés du type déboutonner et dévisser d’une part, les dérivés du type dépoter et désherber d’autre part ? Les premiers sont traditionnellement décrits comme des verbes préfixés sur un verbe simple, tandis que les seconds appartiennent à la classe des formations dites ‘parasynthétiques’, dont la caractéristique principale réside dans l’ajout pour ainsi dire simultané de trois éléments – préfixe, base et suffixe – sans qu’une étape intermédiaire soit attestée. Certains adjectifs comme sous-marin ou antigrippal sont parfois également décrits comme relevant de la parasynthèse, du fait que leur sens se traduit plus adéquatement en référence à la base substantivale mer et grippe qu’à marin et grippal.

Le présent ouvrage propose une étude syntaxique et sémantique approfondie de deux classes de faits, les dé-Verbes parasynthétiques et les dérivés en anti-, qui constituent un domaine d’étude privilégié pour interroger les catégories traditionnelles, préfixes vs prépositions. Une analyse fine du comportement distributionnel de certains morphèmes présentant à la fois une variante préfixale et une variante prépositionnelle aboutit à une typologie des morphèmes «antéposés» à un nom; l’auteure introduit le terme de “pré-morphèmes” pour référer à cette nouvelle catégorie grammaticale.

Dans le domaine de la préfixation en anti-, une approche méthodologique basée sur des investigations empiriques a permis de mettre au jour des faits méconnus, tels les phénomènes de variation dans le comportement combinatoire du préfixe anti-: des emplois comme anti-les méchants libéraux, le patch antirondeurs disgracieuses ou les arrêtés anti «arabes du coin» incitent à penser que anti- investit désormais certains contextes ‘prépositionnels’ ; les occurrences comme anti-roman policier, anticolliers ou encore anti-joli(e) et anti-douillet témoignent, quant à eux, de la créativité lexicale à l’oeuvre dans les dérivés à valeur antonymique.

SE PUEDE DESCARGAR EL ÍNDICE DE CONTENIDOS

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: